Lait y’es-tu ?

Coucou gens !

Bon toujours difficile de faire du nailart ou de la cuisine, et pour la bonne raison qu’Elephapotame demande de l’attention – tu n’es pas surpris je parie… Mais pas que…

Pendant une grossesse, on est souvent tenté d’imaginer son futur bout d’chou : son physique, son caractère, ce qu’il fera dans la vie, ce qu’il aimera ou pas… En ce qui me concerne, je me suis efforcée de ne pas me laisser aller à fantasmer sur cet enfant ni sur ce qui ferait sa vie. Seule certitude : il nous chamboulerait tout, vie et maison. Big surprise…
Il n’y a qu’une seule chose sur laquelle je me suis projetée, c’est l’allaitement au sein. Ca oui, j’ai imaginé tout, en long, en large et en carré, organisé la maison pour – merci à la copine qui m’a filé le chouette fauteuil relax – et même choisi le cabinet en pensant à ce qui serait nécessaire pour tirer mon lait – un espace un peu « privatif » et un frigo.

Pour moi, c’était une évidence, et rien ne pourrait vraiment remettre cela en cause. Rien sauf…

Figure-toi que je n’ai pas fait de montée de lait… Malgré le respect scrupuleux des conseils donnés à l’hôpital, la montée de lait ne s’est pas faite comme elle l’aurait due. D’ailleurs, à l’heure où je te parle, quasiment un mois après l’accouchement, ce n’est toujours pas ca.
Pourquoi ? Bonne question. Dans mon cas, aucune raison n’a été avancée par le corps médical.
Ca peut être un problème hormonal, qu’on a écarté dans mon cas par un bilan qui n’a rien révélé de problématique. Lié à la thyroïde ou à une mauvaise évacuation du placenta, la lactation est ainsi empêchée.
Un accouchement long peut aussi être mis en cause. Reste à savoir si mes 18 h de travail ainsi que la fissure de la poche 24 h avant les premières contractions peuvent suffire à l’expliquer.
Dans certains articles, la péridurale est mise en cause, mais le personnel hospitalier n’a pas remarqué de causalité. Qui plus est, quand on sait que 70 % des femmes ont recours à la péridurale pour leur accouchement et que 50 % des mères allaitent, on se rend compte effectivement que ca ne peut pas être lié.
La tétée inefficace du bébé peut aussi entrainer un retard de lactation : le sein, insuffisamment stimulé, le rentre pas en fonction normalement. Cependant, ce n’est pas notre cas non plus, Elephapotame étant un pro de la tétée.
Une sage-femme a aussi évoqué une « simple » malformation de la glande mammaire et des canaux afférant au mamelon, mais là aussi, il semble que ca ne soit pas mon cas.
Enfin, le stress n’aide en rien une bonne lactation – quand on dit qu’il ne faut pas contrarier une femme enceinte ou une jeune mère, ce n’est pas pour rien…

allaitement

Voila un peu pour les pistes qui peuvent expliquer ce retard de lactation. Alors si ca arrive, quoi faire ? J’ai eu la chance que dans l’hôpital où j’ai accouché, une pédiatre se soit hyper spécialisé dans l’allaitement et que le service de maternité en lui-même mette tout en oeuvre pour encourager cette pratique.
Elephapotame a eu certes des compléments de lait artificiel, mais ils ont été pris par des moyens qui entretiennent la mise au sein : le doigt-seringue dans un premier temps – le doigt fait office de mamelon et une seringue y est associée, bébé devant aspirer le lait en tirant sur la seringue – , puis via un dispositif d’aide à la lactation ou DAL – une tubulure est utilisé comme une longue paille souple et présenté au bébé en même temps que le sein. Elephapotame a ainsi pu réamorcer sa courbe de poids à la hausse. Mais ensuite ?

A la sortie du service, les pédiatres nous ont fourni le nécessaire pour continuer à stimuler les seins et la lactation :
La mise au sein systématique et à la demande, bien évidemment.
Le peau à peau autant que possible permet d’approfondir la relation avec son bébé.
Une prescription pour un tire-lait qui permet d’entretenir la stimulation entre deux tétées, quand le temps est un peu long. Mais comme Elephapotame est très demandeur, je l’utilise peu.
Un DAL bien évidemment, pour prendre le complément en lait artificiel.
Une ordonnance pour du Motilium pour un mois : anti-nauséeux, un de ses effets secondaires mais pas reconnu comme tel serait de faire monter le lait.
Et puis les remèdes de grand-mère : le malt – sous forme de bière sans alcool -, le fenouil, le fenugrec et le cumin seraient aussi efficaces – mais j’aime vraiment pas ca.

Et s’armer de patience… L’avantage est qu’étant en congé maternité, j’ai tout le temps de faire tout ca avec Elephapotame. Reste à attendre la voie lactée…

Je te raconterai les suites, en espérant de bonnes nouvelles !

Des bizoux gens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *